Trouver un mode de garde

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Je suis / Parent / Zone à la une / Trouver un mode de garde (0-3 ans)
Liens utiles
Actions sur le document

A la fin du congé de maternité, vous serez peut-être amenés à confier votre enfant à une crèche ou une accueillante. C’est une étape importante, qui se prépare longtemps à l’avance. Ainsi, vous pouvez inscrire votre enfant auprès d’une crèche ou une accueillante dès le 4e mois de grossesse.

Chaque mode de garde a ses particularités. Ainsi, une crèche offrira à votre enfant un accueil en collectivité, au contact d’autres enfants Une gardienne par contre, ou un service de co-accueillante, sera de plus petite envergure, avec un caractère plus familial. Les facteurs qui interviennent sont bien sûr la qualité de l’accueil, le cadre, la localisation, le coût, les horaires proposés, ou encore les services complémentaires (consultation ONE notamment), le tout étant défini dans le projet d’accueil de la structure choisie.

EtreParent(4)Les crèches et accueillantes communales

La Ville de Namur a confié à la SONEFA la gestion de l’accueil des 0-3 ans. Fondée en 1971 à l’initiative de la Ville de Namur, cette asbl a pour mission de gérer les milieux d’accueil de Namur en offrant un accueil de qualité aux enfants de 0-3 ans résidant principalement dans l’entité namuroise.

La première crèche « Les P’tits Pouyons » ouvre ses portes au centre-ville en 1972. Le siège social et administratif de l’ASBL y est situé, coordonné par un service administratif et comptable. Les puéricultrices et les accueillantes forment l’équipe d’accueil au quotidien et sont accompagnées par un travailleur psycho-médico-social, sous la direction d’un responsable. Tous les services sont sensibles à l’accueil des enfants en situation d’handicap.

La Sonefa dispose également d’un service de cuisine qui assure la confection des repas quotidiens conformément à la législation et aux normes en vigueur, d’un service lingerie et d’une équipe d’ouvriers et chauffeurs qui gèrent les livraisons de repas, l’entretien des bâtiments ou encore la fabrication des modules.

Aujourd’hui, le réseau communal 5 crèches, 3 maisons communales d’accueil de l’enfance (MCAE), une halte accueil et un service d’accueillantes conventionnées, ce qui représente une capacité d’accueil d’environ 590 places, réparties dans le Grand Namur. La participation financière des parents est fixée selon les barèmes de l’ONE et les frais d’accueil sont déductibles fiscalement.

Dans quelques mois, les services hébergés dans la crèche « Les P’tits Pouyons » déménageront dans une nouvelle structure actuellement en travaux, rue Julie Billiart, dans le bâtiment de l’école de la Courte Echelle. Ces nouvelles installations seront sans nul doute d’un confort et d’une fonctionnalité accrue par rapport à la situation actuelle. Le bâtiment des bords de Sambre sera pour sa part rasé, pour faire place à la station d’embarquement du nouveau téléphérique.

FOCUS

 DSC6771webPiconette, rue des Brasseurs : ici, on parle aussi avec les mains !

Piconette est une petite crèche du réseau communal SONEFA installée dans une respectable bâtisse de la rue des Brasseurs.18 bambins y découvrent les relations à l’autre et la vie de groupe, sous l’oeil attentif et bienveillant des puéricultrices. Cette crèche a toutefois une particularité : ici on parle aussi avec les mains.

L’école Sainte-Marie, toute proche, a développé depuis 2000 un projet de classe bilingue français/langue des signes. Il y a quelques années, elle a sensibilisé sa voisine la crèche à la réalité des enfants sourds ou malentendants, et au besoin de leur proposer dès le plus jeune âge un moyen de communiquer avec leur entourage, par le biais d’un langage visuellement accessible. Depuis lors, les puéricultrices ont appris la langue des signes.

L’équipe, épaulée par une référente surdité, est à même d’accueillir jusqu’à six enfants concernés par la surdité directement ou au sein de leur famille. Ainsi, un enfant entendant mais dont les parents sont sourds trouvera aussi dans cette section un accueil adapté. Les parents, confrontés à l’annonce de la surdité de leur enfant, nouveau-né ou jeune bambin, pourront également trouver ici une attention particulière, et la certitude que leur enfant pourra se familiariser à toutes les formes de langage, oral ou signé, sans exclusion de l’un ou de l’autre. En effet, le signe peut aussi être un soutien précieux à la communication, et ce, y compris chez les enfants entendants.

L’objectif poursuivi ici n’est certainement pas d’avoir des bambins parfaitement bilingues français/langue des signes à la sortie de la crèche, pas du tout. Par contre, donner aux enfants sourds des outils pour s’exprimer, et pour comprendre ce qui se passe autour d’eux et exprimer leur ressenti, c’est leur permettre de percevoir les interactions invisibles, depuis le spectacle de théâtre jusqu’à l’atelier musical. C’est aussi leur donner une chance de faire partie intégrante du groupe. De même, familiariser les enfants entendants à la langue des signes, tout comme les écoliers de Sainte-Marie le sont chaque jour en côtoyant leurs camarades signants, c’est favoriser activement l’inclusion de chacun, quelles que soient ses forces ou ses difficultés, dans la société.

Dans la salle de jeu de Piconette, un petit bout fait un signe de la main, pour exprimer la soif. La puéricultrice lui parle : tu veux de l’eau ? Il répond d’un hochement de tête. Ces petits gestes tout simples disent pour lui les mots que sa bouche ne sait pas encore prononcer. Finalement, le langage des signes, c’est utile pour tous les bébés !

top