Navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Historique

Actions sur le document

historique-porteLe bâtiment

Le bâtiment dans lequel est installée l'Académie des Beaux-arts, est l’ancien Mont-de-Piété de la ville de Namur. C’est un établissement de prêt sur gage bâti de 1626 à 1629 par Wenceslas Cobergher.

L'édifice est classé depuis le 15 janvier 1976 car le bâtiment comprend trois vieilles bâtisses du XVIIème siècle. L'ensemble du site a été, et est toujours actuellement, l'objet de rénovations importantes.  Il est en passe de devenir un des joyaux du patrimoine namurois.

L'institution

L’Académie des Beaux-Arts a été fondée sous le maïorat de Jean-Baptiste Brabant le 17 janvier 1835. C’est le 23 novembre de la même année qu’eut lieu son ouverture officielle. Au début elle prit ses quartiers dans un ancien couvent de religieuses “ Les Annonciades” affecté par le gouvernement français à un rôle militaire. Ce bâtiment a disparu aujourd’hui. Il était initialement situé dans l’ancienne rue des Fossés (rue Emile Cuvelier). Il formait le coin d’une impasse dénommée “ruelle de l’Annonciade”.

 Le peintre anversois Ferdinand Marinus, titulaire du cours de paysage en fut le premier Directeur. Il occupa le poste durant 47 ans jusqu’en 1882.

En 1861, après 29 années d’existence, le couvent des Annonciades étant devenu trop vétuste, premier déménagement, rue Basse Marcelle, dans une partie des locaux affectés à l’école moyenne.

L’année 1899 verra apparaître parmis les élèves de l’Académie 24 jeunes filles sur les 372 élèves inscrits, une première.

En 1921, l’Académie déménage encore une fois et s’installe rue du Lombard dans l’ancien Mont-de-Piété.  Elle occupe encore aujourd’hui ce site. 

C’est problement la valeur architecturale des lieux et le charme des vieux murs, chargés d’une histoire originale et pittoresque qui ont motivé les responsables politiques à y installer l’Académie.

A la fin de la seconde guerre mondiale, après quelques perturbations, les cours reprennent le 21 janvier 1946.

En 1947, un nouveau Directeur est désigné en la personne de l’architecte bruxellois Georges Lambeau.

Ce dernier dirigea l’Académie pendant 25 ans. Il influença considérablement les destinées de l’institution, notamment en faisant connaître les humanités artistiques à Namur. Ironie du sort, il décéda en 1973, l’année où sortit la première promotion belge de diplômés de la section officielle des humanités artistiques.

De 1974 à 1979, c’est le sculpteur et professeur à l’Académie, Albert Houart, qui assura la direction de l’établissement.

En 1980, la ville de Namur en accord avec le Ministère, sépare les humanités artistiques de l’enseignement artistique de promotion socio-culturelle et désigne deux Directeurs : Monsieur Louis Richardeau, pour les humanités artistiques, et Monsieur Claude Charlier, pour l’enseignement artistique de promotion socio-culturelle.

Ce dernier assure la gestion des deux sections de 1982 à 1985.

En 1998, un nouveau décret organise les cours artistiques de promotion socio-culturelle et leur donne une nouvelle visibilité sous l’appellation : enseignement secondaire artistique à  horaire réduit. La voie qui s’ouvre à l’établissement suite à cette nouvelle orientation, est celle du changement, c’est aussi et surtout celle de nouveaux projets et de nouveaux challenges.

L’année 2012, par nécessité de rationalisation dans l’enseignement secondaire obligatoire, voit les humanités artistiques définitivement quitter le site de la rue du Lombard et la tutelle de la ville de Namur pour rejoindre l’enseignement provincial.

Le 12 novembre 2015, l'Académie a eu 180 ans. Les générations d’artistes se sont succédé en ses murs et l’esprit et l’ambition qui ont prévalu à sa création demeurent. Ces projets ont toujours le même objectif, contribuer à la dynamique artistique et culturelle de Namur.                 

Galerie des Directeurs, professeurs et artistes ayant fréquenté l’Académie

Félicien Rops, Jean-Baptiste Kindermans, François-Xavier Quinaux, Albert Dandoy, Auguste Dandoy, Armand Dandoy, Pierre Dandoy, Théodor Baron,  Jean Legrand, Henri Bodart, Eugène Collignon, Désiré Merny, Yvonne Gérard, Bernadette Lambrecht, Louis-Marie Londot, Luc Perot,  Jeanne Salentiny,  Jean-Marie Van Espen, Verhoest, Marcel Warrand, Albert Houard, Georges Lambeau, André Lambotte, Claude Charlier.

top