Namur Street Art : Pierre Dandoy se fait tirer le portrait

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualité / Namur Street Art : Pierre Dandoy se fait tirer le portrait
Actions sur le document

Mars 2022

Nouvelle Fresque à Salzinnes

Pierre Dandoy

Projet de la fresque
par Samuel Idmtal à Salzinnes

Pierre Dandoy aurait eu 100 ans cette année. La Ville a souhaité lui rendre hommage à travers une grande fresque réalisée par l’artiste bruxellois Samuel Idmtal à Salzinnes où le "doyen des photographes", qui fut également un artiste-peintre de talent, a longtemps vécu. Avec sa longue barbe blanche à la Léonard de Vinci, son éternelle casquette et son appareil photo en bandoulière, Pierre Dandoy reste une figure emblématique à Namur. Plusieurs expositions lui seront consacrées à Namur en 2023.

Contexte?

La Capitale wallonne accueille une vingtaine de fresques, mais peu d'oeuvres dédiées à des personnalités namuroises : la fresque des Wallons dans les Jardins du Maïeur, la fresque Evelyne Axel de Jean-François Octave près de l'Académie des Beaux-Arts ou encore la fresque peinte par Démosthène Stellas à Jambes en référence à l'architecte Alphonse Balat.

La fresque dédiée à l'artiste et photographe namurois Pierre Dandoy vient combler ce manque. Réalisée dans le cadre de Namur Confluent Culture, elle enrichit un parcours urbain qui s' étend de Salzinnes à Jambes en passant par le centre-ville et Bomel.

Objectifs de la Ville via Namur Confluent Culture ?

Mettre à l'honneur une personnalité namuroise (Pierre Dandoy) et un artiste belge contemporain (Samuel ldmtal). Mois aussi : rendre l'art accessible au plus grand nombre, égayer la ville et renforcer son attractivité en transformant l'espace public en lieu d'exposition permanent. Pour ce faire. le service Culture a déjà fait appel une vingtaine d'artistes et collectifs street art locaux, mais aussi belges et internationaux. La volonté est aussi d'interpeller et de susciter la curiosité du public en variant les styles et les techniques et en alternant les installations éphémères et les oeuvres permanentes qui deviennent un élément du décor.

Pourquoi Pierre Dandoy ?

C'est un enfant du pays, issu d'une lignée d'artistes namurois

Pierre Dandoy
© André Dubuisson

Pierre est né à Bomel en 1922 et décédé à Salzinnes en 2003.

A 15 ans, il entre à l'Académie des Beaux-Arts de Namur, en digne héritier de son père et don grand-père, les peintres Albert et Auguste Dandoy. Il y reste de 1937 à 1942. Des années qui ne lui ont laissé, dira-t-il plus tard, "que de bons souvenirs".

En 2000, comme son père Albert Dandoy, il reçoit la Gaillarde d'argent, la "distinction suprême" décernée par le Comité Central de Wallonie à ceux qui, tout en ayant un ancrage namurois, ont illustré les mérites de la Wallonie.

Il a mené une carrière artistique à la fois locale et internationale

De 20 à 40 ans, il voyage énormément. Sa vie de milicien dans les années 40 (Maroc et Allemagne) et plus particulièrement son travail au sein du Service cinématographique de l'Armée dans les années 50, avec notamment un reportage sur la guerre de Corée et voyage scientifique au Congo, l'orientent vers une carrière de photographe professionnel.

C'est ainsi qu'en 1960, âgé de 38 ans, il est engagé au journal La Meuse comme reporte photographe "à titre définitif". Pendant une trentaine d'années, il promène son objectif dans toute la Wallonie. Parmi ses sujets de prédilection, la Féerie de Namur et les Fêtes de Wallonie. Tout comme son père, le peintre Albert Dandoy, "il fouilla l'âme de Namur dans ses moindres recoins".

Il participe à la toute première Rétrospective des photographes de presse namurois en 1991 aux côtés des photographes Philippe Berger, Benoît Mariage, Serge Bradfer, Yves Raisière et André Dubuisson.

Le service Culture lui rend hommage à la Galerie du Beffroi en février 2003 et en 2012 en tant que « doyen des photographes ».

Pierre Dandoy développe également une carrière dans la publicité. Il réalise ainsi la première photo publicitaire pour la cigarette Saint Michel, avec cet ange inscrit dans un feu d'artifice à la citadelle.

En 2023, des expositions sont programmées à Namur, notamment au MusAfrica (bâtiment des Archives de l’Etat) et à la Galerie du Beffroi, pour mettre en évidence l’éclectisme et la richesse de sa carrière artistique.

Un vrai défi pour l’artiste, Samuel Idmtal

Fresque en cours - Samuel Idmtal à l'oeuvre

Après avoir travaillé cinq ans en tant que journaliste, Samuel Idmtal partage aujourd’hui son temps entre l’enseignement (dans une école à Schaerbeek) et la peinture. Ses fresques mettent en avant la place de l’être humain dans notre société.

Avec l’asbl "Les Pousseurs" et son complice Orlando Kintero, il réalise régulièrement des peintures, des performances, des portraits de particuliers et des toiles participatives dans lesquelles il implique les habitants du quartier de manière à laisser une « œuvre commune ».

On lui doit notamment la portrait de Pierre Rabhi réalisé avec Propaganza à Ixelles (2019), la fresque Childood’s Bridge (le pont de l’enfance) à La Louvière ou encore la fresque dédiée au personnel qui œuvre dans le secteur de la petite enfance à Bruxelles (2021).

Pour la fresque réalisée à Salzinnes, au n°3 de la rue Henry Lemaître, ce peintre pochoiriste a sélectionné des clichés de Pierre Dandoy mis à disposition par sa famille. Dans une mise en abîme du photographe, qui est à la fois sujet et spectateur, il a choisi de jouer sur la couleur et le noir et blanc, en intégrant le quartier qui sert de décor à la fresque.

« La technique du pochoir me correspond bien car elle m’offre des limites, notamment un cadre à respecter, dans lequel je suis libre de peindre de façon plus instinctive. J’entretiens également des affinités avec la photographie dans sa dimension sociale. Cette fresque est un mixte des deux disciplines. A partir d’une photo que Pierre Dandoy a prise de deux de ses enfants le long du chemin de halage, à Salzinnes, et d’un portrait de lui en action, j’ai réalisé un pochoir de 16m sur 16, le plus grand que j’ai jamais fait. Pour moi, c’est un véritable défi ! ».

Samuel Idmtal collabore avec le collectif bruxellois Propaganza qui est intervenu plusieurs fois sur les murs namurois : fresque de Nean et des Balances à Salzinnes, « Des fleurs pour Québec » avec Dan Brault sur la place de Québec, le Nuancier sur le chemin des écoliers à Namur...

Pierre Dandoy : quelques repères

27 janvier 1922 : naissance à Bomel (Namur)

Enfance à Bomel et Salzinnes

Mai 1940 : après un bref séjour à Oujda dans le nord de l’Afrique, rapatriement à Namur par l’intermédiaire de François Bovesse.

Saison 1940-1941, organisation de soirées au Théâtre Royal de Namur dont notamment un gala « Charles Trenet »

1942 : départ pour Paris, rencontre avec Picasso.

Durant un an, il fait de petits boulots aux studios de cinéma Chaumont et, déjà passionné de photographie, se familiarise avec les techniques de prise de vue.

1943 : retour à Namur.

1944 : volontaire de guerre en Allemagne au sein de l’Armée Belge.

1945 : retour à la vie civile à Namur où il sera chargé du cours de céramique et de vitrail. Durant cette période, il se perfectionne à la Cambre à Bruxelles.

Vers 1949 : il participe à une première exposition d’ensemble aux côtés d’autres jeunes peintres namurois.

Décembre 1950 : départ pour la guerre de Corée au sein du Service Informations de l’Etat-Major, décoré de la « War Medal of the Republic of Korea ».

Janvier 1952 : intègre le Service Cinématographique de l’Armée en tant que photographe militaire, où il sera envoyé pour quelques missions. Entre autres en Allemagne et au Congo où il accompagnera le voyage du Roi Baudouin en 1955. Il démissionne en 1959.

A cette époque il réalise une série de portraits sur les « Roms » (Woluwé-Saint-Pierre).

1960 : il est engagé au journal « La Meuse » à Namur où il travaille jusqu’à qu’à la fin de sa vie.

Expositions (sans exhaustivité) :

1980 : « Mon père en 100 photos »

1983 : « 10 ans de photographie : Isabelle »

1988 : « Rétrospective des Fêtes de Wallonie »

1990 : Pierre Dandoy - Photographies 1950 - 1990

2000 : il reçoit la Gaillarde d’argent, en récompense à sa fidélité aux Fêtes de Wallonie.

17 février 2003 : décès dans sa maison à Salzinnes

Le Fonds Pierre Dandoy est actuellement conservé aux Archives de l’Etat à Namur

Consultez le dossier de presse où vous découvrirez également l'artiste Pupa et sa fresque éphémère sur le mur du Square Léopold

 

top