Une mobilité plus fluide grâce au STI dès 2019

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualité / Une mobilité plus fluide grâce au STI dès 2019
Actions sur le document

2018 06 21 syst transport intelligent powerpointUne mobilité plus fluide grâce au STI dès septembre 2019

Que l’on soit adepte des transports en commun, automobiliste ou livreur, choisir le meilleur itinéraire pour traverser la ville est à certains moments un vrai challenge. Entre les accrochages, les travaux, les voitures garées en double file, les livraisons, … les obstacles possibles au cours d’une même journée sont légion. Le système de transport intelligent qui sera déployé par la Ville de Namur au cours des 12 prochains mois apportera des réponses très concrètes pour faire face à ces difficultés et améliorer la mobilité sur le territoire communal.

Comment ça marche ?

Le dispositif de transport intelligent fonctionne en trois temps : les informations sont collectées, traitées et diffusées aux utilisateurs en temps réel.

Pour ce faire, les rues de la ville seront équipées d’une série d’outils de mesure : des caméras, dont des caméras avec reconnaissance des plaques, des panneaux d’information fixes ou mobiles, des capteurs d’air, des capteurs de places de parking …

Les objectifs sont multiples : informer les usagers sur le meilleur itinéraire ou la disponibilité des parkings, fluidifier la circulation, encourager d’autres modes de transports que la voiture, améliorer le confort des automobilistes, mieux contrôler la qualité de l’air.

Les données collectées vont du taux de pollution de l’air à la fluidité du trafic, en passant par les trajets des bus en temps réel et les places disponibles dans les aires de livraison. Ces nouvelles mesures seront couplées aux informations déjà existantes comme la disponibilité des vélos partagés ou des places de parking en ouvrage pour fournir un échantillon d’informations le plus large possible. Elles seront également enrichies des données du centre Perex.

Ces informations sont ensuite anonymisées, analysées et compilées afin de fournir une série d’indications très précises aux utilisateurs : temps de parcours d’un point A à un point B, incident entraînant un ralentissement de la circulation, places de parkings disponibles, calcul d’un itinéraire bis et recommandations de roulage, itinéraire de déviation suggéré, temps d’attente pour le prochain bus…

Le résultat de ces calculs sont diffusés sur les écrans installés aux endroits stratégiques : avant les sorties d’autoroutes, sur les voiries régionales et les boulevards ceinturant le centre-ville, et à chaque étape du parcours où l’info est pertinente (parking, …). Le processus se fait en temps réel, de façon semi-automatique. Par exemple, si les capteurs décèlent un ralentissement chaussée de Louvain, le panneau placé avant la sortie d’autoroute de Daussoulx relaie l’information automatiquement : le cas échant, ce panneau pourra suggérer de laisser sa voiture au futur P+R de Bouge et descendre en ville en bus, ou encore de se reporter sur la chaussée de Hannut.

Mieux informer le citoyen

Le système inclut également un relais de l’information sur le web. Une des fonctionnalités permettra de comparer le temps de parcours selon le mode de transport. Pour se rendre de Jambes à Namur, est-ce plus rapide de prendre la voiture ou le train ? Pour aller à l’école, bus ou vélo ?

Parmi les grands projets subsidiés par l’Europe via le FEDER, le système de transport intelligent fait figure de nécessité, au vu de l’évolution de la mobilité ces dernières années. Après avoir développé un plan de mobilité, et se dotant d’infrastructures complémentaires comme le RAVEL, Libiavélo ou la refonte des itinéraires de bus via Nam’In Move, la Ville de Namur entre dans une troisième phase, très concrète, pour favoriser une mobilité associant plusieurs modes de transport, en fonction des besoins et des moyens de chacun. Avec ce nouvel outil, la Ville de Namur reste pionnière avec cette « première » en Wallonie.

C’est donc un outil directement au service du citoyen, qui permettra également d’adapter les politiques de mobilité à la situation réellement mesurée. Annoncé pour l’automne 2019, il vient logiquement compléter les mesures mises en place ces dernières années afin d’adapter la mobilité namuroise aux enjeux d’aujourd’hui.

En pratique

Le montant total des investissements s’élève à 3 millions d’euros, dont 2,27 millions sont subsidiés par l’Europe. Le marché, lancé début 2018, a été attribué par le Collège communal et soumis à l’approbation de la tutelle régionale. En toute logique, les études devraient débuter dès le mois d’août et les équipements seront installés dès janvier 2019, pour une mise en service en septembre 2019.

 

nouveau logo FEDER+wallonie réduit

 

top