Avertissement

Retrouvez les dernières informations sur la page coronavirus

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Á Namur

Vous êtes ici : Accueil / Ma Ville / Citoyenneté / Participation / La participation / Á Namur
Liens utiles Table des matières
Actions sur le document

La Ville de Namur n’est pas novice en matière de participation : de nombreux projets sont menés depuis plusieurs années déjà dans le souci d’impliquer les Namuroises et les Namurois et ce, selon les différents niveaux de participation. Le confirment par exemple le vote pour le choix des fresques, le world café des jeunes, l’aménagement du futur parc rue des Dames Blanches ou encore la constitution de panels d’usagers et d’usagères pour la réforme des lignes de bus TEC.

Cependant, dans son Programme Stratégique Transversale pour la législature 2019-2024, la Ville fait un pas de plus en instaurant comme objectif premier d’« Être une Ville qui implique ses citoyens et ses citoyennes ». Elle assoit ainsi sa volonté de faire de la participation des Namurois et Namuroise sa priorité en la rendant transversale et en lui dédiant un échevinat.

La participation citoyenne s'articule autour de 4 axes majeurs : améliorer les projets de la ville, soutenir les projets des Namurois et Namuroises, écouter les comités existants et renforcer la participation au cœur des villages.

Axe 1 : améliorer les projets de la Ville de Namur

Faire appel à l’intelligence, aux idées, à l’expérience citoyenne pour faire en sorte que les projets correspondent le mieux possible aux réalités de terrain, aux attentes des personnes qui en auront usage, aux enjeux qui modèlent notre société : voilà un des principes fondamentaux de la participation citoyenne. Les projets qui s’inscrivent dans la dynamique participative ont en commun de laisser une marge de manœuvre aux citoyens et citoyennes, depuis la conception à la prise de décision, en passant par la concertation avec les acteurs de terrain voire les promoteurs de projets privés.

Les projets initiés par la Ville ou par les actrices et acteurs publics ou privés extérieurs auront un impact sur la vie des Namuroises et Namurois. Certains d’entre eux méritent d’être alimentés et réfléchis avec les personnes concernées.

Pour chaque projet, il s’agira de déterminer, dès le début du projet :

  • Quelle est la marge de manœuvre participative : il s’agira de bien définir sur quels aspects d’un projet les citoyens et citoyennes ont le pouvoir de décision.
  • Le degré de délégation : il s’agira de déterminer si les des citoyens et citoyennes apportent un avis, qui sera analysé pour nourrir le projet, ou si le pouvoir de décision leur est laissé.

Ce choix s’opèrera en fonction du projet, de ses enjeux, de son contexte et des marges de manœuvre existantes.

Il s’agira ensuite de choisir la méthode participative la plus adaptée selon le projet, l’enjeu, le degré d’implication du citoyen ou de la citoyenne ou le degré de technicité.

Axe 2 : soutenir les projets des Namurois.se

Pour mener sa politique participative, Namur se dote également d’un budget participatif, qui sera, chaque année, pendant 5 ans, dédié à des projets de citoyens et citoyennes qui présentent un intérêt pour la commune.

Cette année déjà, il est prévu qu’une enveloppe de 300.000 € puisse profiter à des projets d’investissement pour de l’achat de matériel, la construction… et des dépenses de fonctionnement.

Ces montants seront alloués à des projets portés par des associations locales, des comités de quartiers, des citoyens et citoyennes, pour peu que le projet proposé porte sur les thématiques environnementale, sociales ou liées au cadre de vie.

L’idée est de donner une opportunité aux Namurois et Namuroises de prendre part à la vie politique en tant que responsables de projet.

Pour plus d’informations :

Consulter le budget participatif

Compléter le formulaire pour être tenu informé sur le budget participatif

Axe 3 : Écouter les comités existants

Le troisième axe s'articule autour de deux objectifs complémentaires : écouter les comités organisés et susciter la participation de tous et toutes, y compris dans les quartiers les plus défavorisés

Des structures existent déjà, rassemblées par une thématique (par exemple le Conseil Consultatif Communal des Aînés) ou par une situation territoriale (par exemple les comités de quartiers). La Ville de Namur compte veiller notamment à les associer aux différents projets les concernant, et à leur apporter un soutien au fonctionnement (explications du fonctionnement de l’administration, des outils à leur disposition, mise en réseau…). Par ailleurs la Ville de Namur souhaite amplifier les rapports avec les comités de quartiers.

Axe 4 : La participation au coeur des villages

La participation à Namur veut aussi impliquer tous les quartiers et villages sur plusieurs aspects :

Sécurité routière, espaces partagés ou cogérés...

Sécurisation

La Ville de Namur, en partenariat avec la Police locale, organise des rencontres avec les élus, élues, citoyens et citoyennes pour définir ensemble les priorités en terme de sécurisation des routes et mettre ensuite en œuvre les aménagements possibles pour les automobilistes comme pour les usagers et usagères faibles.

Poursuivre la dynamique de « Lieu commun »

Un « Lieu commun », est un espace dont la gestion est partagée par ses utilisateurs et utilisatrices sans appropriation individuelle et au sein duquel les usagers et usagères partagent un ou plusieurs objectifs qu’ils soient associatifs, culturels, sociaux, environnementaux ou autres.

Des expériences ont déjà été menées dans le domaine de la culture par la mise à disposition de la crèche du centre-ville à un collectif culturel. Des salles communales sont quant à elles déjà mises à disposition d’ASBL locales.

Il s’agirait d’amplifier cette dynamique en lançant une expérience qui mobiliserait l’ensemble des acteurs et actrices d’un village afin qu’ils construisent un lieu commun.

La cogestion de biens communaux

Des projets soutenus par la Ville ou mis en œuvre par la Ville peuvent être gérés par les citoyennes et citoyens eux- mêmes.

Exemple : le terrain Kegeljan

top