Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

La Ville de Namur utilise uniquement le réseau d'eau non potable pour son dispositif d'arrosage public

Vous êtes ici : Accueil / Ma Ville / Environnement / Nature / Actualités / La Ville de Namur utilise uniquement le réseau d'eau non potable pour son dispositif d'arrosage public
Actions sur le document

Août 2019

Gestion rationnelle des ressources à la Ville de Namur

Depuis ce 1er août, l’arrosage public se fait sans eau potable !

Arrosage des fleurissements La Ville de Namur effectue deux fleurissements par an : un pour l’été et un pour l’hiver. Ce fleurissement est composé de 1.142 pots et vasques, 280 suspensions et jardinières et 25 parterres fleuris allant de 6m² à 40m². Le fleurissement d’été, soumis aux aléas climatiques doit être arrosé pour survivre : l’arrosage se fait donc du 15 juin au 15 septembre.

Jusqu’ici la Ville de Namur avait recours à différents véhicules équipés de citernes qui permettaient d’utiliser, selon les cas, de l’eau de ville ou de l’eau de Meuse ou Sambre. Début 2019, une réflexion a été menée afin d’équiper tous les véhicules de dispositifs permettant de ne plus utiliser d’eau de ville. Ces dispositifs sont prêts et sont pleinement opérationnel depuis ce 1er août 2019. Ils se composent de :

  • 3 petites cuves de 600 litres installées sur 3 camionnettes des équipes de plantation qui permettent l’arrosage des vasques et pots dès la plantation, libérant ainsi les citernes pour d’autres missions d’arrosages.
  • 1 petite arroseuse de 700 litres (essentiellement utilisée pour les jardinières et suspensions)
  • 1 cuve de 5 000 litres pour l’arrosage des parterres.

Toutes les cuves sont équipées de pompes pouvant tirer l’eau de la Meuse ou de la Sambre.

Au total cela représente 10 000 litres d'eau pompée par jour !

Dès la saison prochaine, une cuve supplémentaire de 3 000 litres viendra renforcer le dispositif actuel.

Par cette action, Namur entend préserver l'eau potable et ainsi progresser sur la voie de la gestion rationnelle des ressources et de la transition écologique.

top