Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Restauration des murailles situées sous la Tour du Guetteur

Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Citadelle / Patrimoine / Chantiers / Restauration des murailles situées sous la Tour du Guetteur
Actions sur le document

Contrairement à d’autres murailles placées face au Grognon, les murailles situées sous la tour du guetteur n’avaient pas encore été restaurées. Leur état, selon un diagnostic sanitaire réalisé en 2010-2011, allait de moyen à mauvais et leur restauration était donc prévue après d’autres murailles en plus mauvais état.

Des murailles qui se suivent mais ne se ressemblent pas

Ces murailles se trouvent dans la partie la plus ancienne de la Citadelle, la zone médiévale. Cependant, ces pans de fortifications ont été modifiés à de nombreuses reprises depuis leur création. Si vous prenez le temps de les observer en vous promenant à leur pied, vous remarquerez que la muraille côté Sambre n’est pas construite de la même manière que la muraille côté Meuse et que de nombreux détails peuvent être observés.

Côté Sambre, les murailles possèdent un parement (la partie visible du mur) régulier en calcaire marqué par plusieurs bandeaux de pierres de taille. La base du mur possède un fruit, c’est-à-dire une pente qui épaissit la partie basse de la muraille et la rend plus résistante aux projectiles.

Côté Meuse, les murailles possèdent un parement plus irrégulier composé de grès et de calcaire et ponctués de boutisses. Ces pierres de section carrée sont insérées dans le mur dans le sens de la longueur et servent à liaisonner le parement à la maçonnerie de blocage de la muraille. Vous pouvez également remarquer des barres métalliques. Ces pièces, appelées ancres, fixent des tirants, des barres en métal qui permettent de consolider la muraille. Enfin au pied du mur, juste au-dessus de la roche, vous verrez des arcades de décharge qui permettent de mieux répartir les poussées du mur.

Restauration à l’identique

Les murailles étant classées, la restauration doit se faire « à l’identique », c’est-à-dire que les travaux ne doivent en aucun cas modifier l’aspect des 1274m² de parement. Toutes les différences observées sur les murailles seront donc conservées. Pour ce faire le marché prévoit notamment de trier les pierres tombées et encore présentes au pied des murailles afin de privilégier au maximum la réutilisation d’éléments anciens. Ceux-ci devront bien sûr être en bon état ! Les pierres encore en place seront réparées ou renouvelées si leur état était vraiment trop mauvais. Ces nouveaux éléments proviendront d’une carrière de la vallée de la Meuse dont les matériaux présentent les mêmes caractéristiques physiques que les pierres anciennes comme la bonne résistance au climat belge.

La même philosophie sera appliquée aux 100 boutisses encore présentes sur les murailles ainsi que pour les 50m de couvre-mur.

Fin prévue du chantier début 2022.

top